Sigfox : le réseau dédié aux objets connectés

Logo-SIGFOX

Petit écart dans la « ligne éditorialiste » de internet-of-things.fr avec cet article sur l’opérateur Sigfox, qui propose un réseau cellulaire dédié à l’internet des objets. En effet, ce n’est pas un produit en tant que tel, mais un service d’opérateur proposé par Sigfox aux intégrateurs et constructeurs d’objets connectés en offrant une technologie basse consommation et peu coûteuse (1 à 2 euros par an).

Ce type de technologie est clef pour démocratiser certains types d’usage notamment pour   rendre économiquement possible le développement des produits connectés pour le grand public. L’approche de Sigfox étant suffisamment novatrice et surtout impactant suffisamment l’Internet of Things que cela méritait bien un billet !

Cette start-up basée à Toulouse et fondée par Ludovic Le Moan, se donne les moyens de son ambitieux projet et a déjà levé en septembre dernier 10 millions d’euros avec notamment l’entrée d’Intel à son capital (communiqué de presse).

Sigfox est ainsi le 1er acteur à opérer un réseau dédié Machine to Machine avec une large couverture (nationale tout d’abord, bientôt européenne et avec des velléités mondiale…) mais surtout adapté à des objets connectés ayant les spécificités suivantes :

  • besoins de transfert d’informations faible (quelques octets à quelques kilo octets)
  • des terminaux ayant des contraintes de consommation électrique pour gagner en autonomie

Tout ceci est rendu possible par l’utilisation de toute une palette de fréquences (mais surtout 26, 31, 36, 40,6, 54, 81 et 169MHz,  bien en dessous des Ultra Hautes Fréquences GSM/3G/4G) et ainsi d’une technologie nécessitant beaucoup moins d’antennes pour couvrir le territoire français. Toujours grâce à ces fréquences et une technologie brevetée « UNB », Sigfox a également mis au point des puces basse consommation intégré.

Le faible nombre d’antennes (1000 fois moins qu’un réseau GSM) et l’utilisation de bandes de fréquences libres donc gratuites (cf 3G/4G) permettent de proposer des « prix adaptés ».

Comparaisons avec un réseau GSM classique (données Sigfox)

  • Nb d’antennes zone urbaines :       3 vs 60 (1 millions d’habitants)
  • Nb d’antennes zone rurale :           1 à 3 vs 10 à 20 pour 1000kmé
  • Consommation modem :               50 microWatt vs 5000 microWatt
  • Pollution électromagnétique :         faible vs moyenne à elevée
  • Autonomie moyenne (bat 2,5Ah) :  20 ans vs 0,2 an
  • Coût moyen par an :                       $3 vs $30

Planning de couverture à échéance 2013 du réseau SigFox (plus d’info sur sigfox.com)

sigfox-reseau

 

 

 

 

 

 

 

Les champs des possibles est infini (cf le slogan de Sigfox : 1 network, 1 billion dreams) :

  • Télémétrie : télérelève de compteurs
  • Santé : télémédecine (mesures, alarmes), géolocalisation des patients
  • Sécurité des bâtiments, Facility Management : climatisation, systèmes de contrôle d’accès, détecteurs d’incendie, détecteurs d’intrusion
  • Ville intelligente : éclairage public, panneaux d’information, places de parkings, parcmètres, bornes d’information, transports publics,
  • Geotracking : géolocalisation des biens
  • Internet of things : la technologie Sigfox qui permet d’intégrer une puce communiquante dans tout type d’objet pour rendre communicant : porte-clef communiquant, détecteur de présence, domotique, boite aux lettres, pilulier connecté, géolocalisation d’un animal, frigo, machine à laver, suivi des coupures d’électricité, …

L’enjeu pour un tel réseau est l’aspect volume avec une course à l’objet connecté pour « remplir » le réseau et le rentabiliser (cf ARPU de 2€). Il ne s’agit pas du potentiel du marché mais bien l’adoption de manière massive de la technologie et du service Sigfox.

A l’heure de la mondialisation, le défit a relevé est donc de convaincre un ensemble de constructeurs/partenaires/clients internationaux pour jouer cet effet volume, ce qui nécessitera une couverture du réseau plus globale de la planète (et pas seulement européenne) pour couvrir le maximum du marché. De plus, imposer un standard nécessite une force de frappe importante : l’entrée d’Intel Capital dans la levée de fonds fin 2012 et l’arrivée d’Henri Seydoux, président de Parrot, au conseil d’administration de Sigfox sont des bons signes. Toutefois, l’appui du gouvernement français ou de la communauté européenne dans un tel projet permettrait de peser plus lourd et serait cohérent par rapport à l’enjeu stratégique que cela représenter au niveau d’une nation (contrôle des compteurs électriques/gaz de tout un pays, télésurveillance, contrôle des bâtiments, contrôle d’appareils de santé, …). A moins qu’un Google (travaillant déjà sur les objets connectés comme Tungsen), Amazon, Microsoft ou Apple passent par là (à coup de millions/milliards) pour « parrainer » ce projet.

Par ailleurs, en cas d’adoption de la technologie Sigfox, à l’instar du réseau GPS, des démarches de gouvernements américaines, chinoises, russes pourraient voir le jour pour limiter la dépendance des objets connectés à une seule société indépendante (et française !) . Plusieurs acteurs concurrents avec une dimension mondiale (cf GPS) ou un réseau maillé public type internet, plusieurs modèles sont envisageable. Quelque soit le scénario, ce serait plutôt favorable à Sigfox car validerait le modèle économique et lui permettrait de s’afficher comme le précurseur et leader du marché.

La concurrence est à voir peut-être d’avantage de la part des abeilles … abeille contre renard : Zigbee vs Sigfox ! D’avantage que la technologie Zigbee, c’est plutôt le type d’architecture avec une box centrale locale connectée à Internet avec des objets connectés via des technologies RFID, Zigbee, Bluetooth low energy, Wifi … (cf articles sur SmartThings, Ninja Blocks, Netatmo, Withings,…). Ces types de solutions offrent des caractéristiques plus variées que Sigfox avec notamment des flux montant et descendants (permettant des mises à jour ou des informations d’acquittement)  et des débits plus importants (utile dans certains cas pour la vidéo en domotique ou télésurveillance). La contrepartie est la nécessité de connecter une box en local avec des couverture parfois limitée. Contraintes que n’a pas Sigfox.

Ainsi, Sigfox permet d’élargir le champs de possible des objets connectés. Clear Channel (contrôle de panneaux publicitaires) et Maaf (offre de sécurisation de l’habitat pour les particuliers) font partis des derniers projets signés. Nous attendons impatiemment que la liste de ces objets s’allongent. A suivre …

Interview de Ludovic Le Moan lors de LeWeb12

plus d’informations sur sigfox.com

One thought on “Sigfox : le réseau dédié aux objets connectés

  1. Jusqu’ici je pensais que les objets connectés n’étaient que des gadgets à la mode avec peu ou pas d’intérêt. Mais maintenant que je connais Sigfox, je pense tout à fait autre chose. Les objets connectés ont un avenir crédible car ils sont indépendants de tout smartphone, tablette ou PC et consomment peu d’énergie. Moyennant un abonnement très peu coûteux, les objets de Sigfox ne sont pas en permanence connectés ce qui est un avantage face au Prism. Les objets connectés de Sigfox ont un bel avenir je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>